Chiens

Besoins nutritionnels et surpoids chez les chiens et chats séniors

Avec l’âge, les besoins nutritionnels des animaux se modifient. Bien les connaître permet de mieux y répondre, afin de préserver durablement la santé de nos compagnons et d’éviter le surpoids. Selon les races, la taille des animaux, on considérera un chien ou un chat comme sénior entre 6 ans (grandes races de chiens) et 10 ans environ (petites races de chiens, chats).

Quels sont les besoins nutritionnels des séniors ?

  • Quand l’animal vieillit, son métabolisme se modifie, et ses besoins énergétiques de base notamment diminuent d’environ 10 % par rapport à ses besoins d’adulte. De plus, chiens ou chats séniors sont souvent moins actifs, et ils brûlent donc moins de calories. C’est pourquoi il faudra veiller étroitement à ne pas les suralimenter, afin d’éviter l’obésité, qui risque d’aggraver d’autres problèmes liés à l’âge (tels que l’arthrose, le diabète, les maladies cardiaques par exemple).
  • En ce qui concerne les protéines, tout dépend du fonctionnement rénal de l’animal : un chien ou chat en bonne santé doit continuer à consommer des protéines de haute qualité en quantité suffisante ; en revanche, en cas d’insuffisance rénale (diagnostiquée par un vétérinaire), il conviendra de limiter l’apport protéique et éventuellement de lui donner un aliment spécifiquement adapté.
  • Les besoins en lipides d’un animal sénior sont quant à eux inférieurs à ceux d’un animal adulte en pleine force de l’âge. Tout excès de cette catégorie de nutriments peut donc favoriser l’obésité. Toutefois, il ne faut pas les supprimer totalement ; il faut plutôt veiller à procurer au sénior des lipides de bonne qualité, riches en acides gras essentiels (AGE), Oméga 3 et Oméga 6, indispensables à la bonne santé de la peau et du pelage.
  • Côté glucides, les besoins quantitatifs sont identiques chez les adultes et chez les séniors. Mais mieux vaut éviter les sucres rapides, qui favorisent l’apparition d’un diabète (l’animal âgé régule moins bien sa glycémie). Il convient de préférence de lui donner des sucres assimilés plus lentement, et aussi de fractionner la ration en deux à trois repas répartis sur la journée, pour assurer une glycémie plus stable.
  • En ce qui concerne les vitamines: une supplémentation en vitamines du groupe B permet de compenser les pertes urinaires souvent plus fréquentes chez les séniors ; la vitamine E possède des propriétés anti-oxydantes, et prévient le vieillissement cellulaire.
  • Pour les minéraux, il est important d’éviter tout excès de calcium, de sodium (en cas d’insuffisance cardiaque), mais aussi de phosphore (en cas d’insuffisance rénale). Par ailleurs, une petite complémentation en fer et zinc renforce les défenses immunitaires de l’animal âgé.

Compte-tenu de toutes ces particularités du régime alimentaire des animaux séniors, que choisir ?

La solution la plus simple consiste à donner au sénior une alimentation spécifiquement adaptée à l’âge et à la/aux pathologie(s) de l’animal. Ce type d’aliment se présente la plupart du temps sous forme de croquettes (ce qui aide à prévenir la formation de tartre par effet mécanique de frottement sur les dents), mais aussi sous forme de boîtes ; celles-ci, étant plus appétissantes, conviennent de préférence aux vieux chiens ou chats difficiles, ainsi qu’aux animaux dont la dentition est endommagée ou qui souffrent de gingivites. Il est aussi possible de distribuer une alimentation « maison », mais les apports sont plus difficiles à contrôler, tant qualitativement que gustativement. Une supplémentation en minéraux et vitamines, qui sera conseillée par le vétérinaire ou le pharmacien en fonction des besoins, sera souvent indispensable. En suivant les avis du praticien, en donnant les repas de préférence à heures fixes et de façon fractionnée, en veillant à ne fournir que des aliments très digestibles et riches en fibres ( prévention de la constipation), le chien ou chat sénior devrait pouvoir préserver encore quelque temps sa bonne forme !

Que faire si le sénior est en surpoids ?

L’obésité est néfaste pour la santé d’un animal quel que soit son âge, mais encore plus chez un sénior, car elle est susceptible d’aggraver des pathologies sous-jacentes, comme un diabète, une maladie rénale, cardiaque, ou encore de l’arthrose.

L’idéal est donc d’essayer de faire maigrir l’animal en surpoids, tout en prenant en compte le fait qu’il est âgé, et ne peut donc pas soutenir une augmentation trop importante de son exercice physique quotidien. Par conséquent, une visite chez le vétérinaire peut s’avérer utile, avec réalisation d’un bilan de santé complet (examens clinique et biologique). Un aliment spécial amaigrissement, à condition qu’il soit compatible avec l’état de santé du sénior, sera prescrit ; ce type d’aliment a pour caractéristique de diminuer l’apport en calories tout en fournissant les nutriments indispensables et en assurant la satiété de l’animal (notamment par la présence de fibres). Il sera important – pour la santé du sénior – de suivre scrupuleusement le régime, sans se laisser attendrir par les regards craquants ou l’air suppliant de l’animal : aucun reste de table, aucune friandise ne devra avoir sa place dans le programme ! Ne pas oublier qu’un petit biscuit peut représenter, pour un chien de petite taille, l’équivalent de plusieurs paquets pour un humain…

Pour tenir sur la durée, qui est le gage de réussite et de meilleure santé pour le sénior, un suivi régulier avec pesée, ajustements de la ration, etc… sont indispensables. Une plus longue vie en meilleure forme est à ce prix !

La réponse biocanina aux besoins nutritionnels des séniors et au surpoids

Dans sa gamme d’aliments complémentaires, biocanina propose un hydrosol polyvitaminé, Biocatonic total vitaminol, facile à incorporer dans la ration alimentaire, et qui pourra couvrir d’éventuelles déficiences liées aux apports ou à l’assimilation chez le chat ou chien sénior, qu’il soit ou non en surpoids.

Pour les séniors obèses ou en surcharge pondérale, en complément d’un régime alimentaire adapté à l’animal, biocanina a développé Phytocanina surcharge pondérale, qui se présente sous forme de comprimés appétents à base de divers principes actifs issus de plantes ; le fucus et le chiendent favorisent l’élimination rénale de l’eau tandis que l’olivier participe à la régulation des fonctions métaboliques (glycémie, lipidémie…). Dans le cadre d’un régime amaigrissant, Phytocanina surcharge pondérale permet d’abaisser l’index glycémique des aliments, et de réduire la biodisponibilité des sucres lents.

Conclusion : l’alimentation des séniors est un point-clé de leur bien-être, et encore plus s’ils sont en surcharge pondérale. Entreprendre un régime amaigrissant peut parfois être délicat, et représente une épreuve de longue haleine ; n’hésitez pas à demander conseil et soutien auprès des professionnels (vétérinaires, pharmaciens…), qui pourront vous recommander divers compléments afin d’accompagner au mieux votre animal.