Chiens

Les pathologies des yeux des chats et des chiens

Focus sur les pathologies des yeux des chats et des chiens les plus courantes en fonction de la zone concernée

Paupière :
L’entropion : les paupières sont partiellement retournées vers l’intérieur, le frottement des cils de la paupière entraine une irritation et une inflammation de la cornée et des conjonctivites avec douleurs et prurit.
Le prolapsus de la troisième paupière, appelée paupière nictitante est une hypertrophie de la membrane située à l’angle du globe oculaire et de la paupière inférieure. Ce prolapsus peut être dû à un processus inflammatoire, à un problème neurologique, à une altération du globe oculaire ou à une prédisposition de la race.

Conjonctive :
La conjonctivite correspond à une inflammation des conjonctives et peut avoir des causes très variées. Elles provoquent un larmoiement intense, un prurit et des rougeurs.

Système lacrymal :
L’épiphora, ou larmoiement, est dû à une sténose partielle ou totale du canal nasal et lacrymal qui ne véhicule plus les larmes vers les narines et les laissent stagner au coin des paupières inférieures. Il se définit comme un écoulement oculaire permanent. C’est un trouble bénin que l’on rencontre très fréquemment chez les petites races canines, le caniche nain en particulier ainsi que le chat persan.

Cornée :
Les kératites et les ulcères cornéens provoquent des clignements des yeux, des larmoiements et une photophobie.
La kératite est une inflammation de la cornée liée à des causes variées. Elle inclut une perte de transparence de la cornée par œdème, une néovascularisation une photophobie et parfois une conjonctivite.
L’ulcère cornéen correspond à une perte de substance cornéenne, d’origine traumatique, mécanique chimique ou infectieuse. L’animal présente une douleur oculaire vive avec blépharospasme et écoulement clair à muco-purulent, une opacification de la cornée avec œdème et néovascularisation.

Uvée :
Les uvéites (inflammations de l’uvée) sont généralement dues à des corps étrangers et à des maladies virales. C’est une inflammation de l’iris associée à une inflammation des corps ciliaires, souvent liée à une maladie infectieuse ou parasitaire. C’est une affection grave pouvant aboutir à un glaucome, des séquelles de cataracte ou d’atrophie rétinienne.
Le glaucome est une augmentation de la pression intraoculaire. L’œil est visiblement gonflé, la pupille est dilatée et il se caractérise par une vive douleur oculaire. Il faut immédiatement intervenir car si la pression intraoculaire ne diminue pas, l’œil risque de grossir au point de se lacérer pouvant aboutir à une perte de vision définitive.

Cristallin :
La cataracte se définit par une opacification du cristallin qui empêche les rayons lumineux d’atteindre la rétine et est accompagnée par une perte de la vision.

Rétine :
Le décollement de rétine correspond à une séparation entre deux couches rétiniennes, c’est une affection grave qui peut être à l’origine d’une perte de la fonction visuelle. Elle est souvent secondaire à une maladie inflammatoire virale ou parasitaire. Chez le chat, elle peut être associée à une hypertension, une hyperthyroïdie ou une insuffisance rénale chronique. L’atrophie rétinienne progressive correspond à une atteinte dégénérative de la rétine qui aboutit à la cécité de l’animal. C’est une affection héréditaire le plus souvent bilatérale.

Globe oculaire :
La protrusion du globe oculaire est presque toujours due à des combats ou à des bagarres entre congénères. L’intervention du vétérinaire doit être immédiate.

*les principales maladies du chien et du chat Tome 2, Centre européen de formation, 2007