Chiens

Les risques à la campagne pour les chiens et les chats

Lors de promenades à la campagne, les chiens et les chats sont exposés à des parasites, des maladies, etc… Nous vous proposons de découvrir les risques pour les animaux de compagnie lors des sorties à la campagne et les moyens de prévention.

Les parasites

Les principaux parasites touchant les animaux de compagnie à la campagne sont les puces et les tiques.
Il est conseillé de protéger préventivement les chiens et les chats pour éviter une infestation par les puces à l’aide de produits antiparasitaires insecticides. Certains produits protègent aussi les animaux contre les tiques.
Attention, même si les chiens et les chats sont traités avec un produit acaricide (qui tue les tiques), cela n’empêche pas les tiques de monter sur l’animal ! Une inspection est nécessaire au retour des balades en portant une attention particulière au cou, aux oreilles et aux doigts de l’animal. Si une tique est présente, il est conseillé d’utiliser un tire-tiques pour l’enlever sans risquer de laisser le rostre.

Les maladies infectieuses

A la campagne, les animaux domestiques sont exposés à des maladies infectieuses.
Chez le chien par exemple, il existe une maladie bactérienne transmise par les rongeurs : la leptospirose. Ces bactéries se développent dans les eaux stagnantes : les chiens se contaminent en buvant dans des flaques, près de marais, etc… La vaccination est fortement recommandée pour les chiens vivant à la campagne ou se promenant de temps en temps à la campagne.
Concernant les chats qui sortent à la campagne, les bagarres sont plus fréquentes notamment chez les mâles non castrés. Il y a un risque de transmission de maladies infectieuses en cas de morsures comme le sida du chat (FIV) et la leucose féline (FeLV). La castration des chats est fortement recommandée et la vaccination contre le FeLV aussi. Il n’y a malheureusement pas de vaccin contre le FIV.

Les accidents de la voie publique

Il est conseillé de toujours bien surveiller les chiens lors des promenades et de les attacher à proximité des routes. Pour les chats, il est plus difficile de contrôler leurs déplacements. La stérilisation permet de diminuer le territoire de l’animal et donc limiter le risque. Il peut aussi être nécessaire de restreindre les sorties des chats si la maison est proche d’une route. Enfin, il existe des GPS pour les chiens et les chats qui alertent les propriétaires lorsque les animaux sortent d’un périmètre défini.

Les chenilles processionnaires

Les chenilles processionnaires du pin présentent un risque entre les mois de mars et de mai. En effet elles descendent des arbres en processions pour s’enfouir dans le sol.
Les chenilles processionnaires possèdent des poils urticants qui contiennent une toxine urticante et nécrosante : la thaumatopoéine. Les chiens et les chats s’enveniment en prenant des chenilles dans leurs bouches, en touchant les chenilles avec leurs pattes, en passant aux endroits où ont eu lieu les processions, etc… Attention, elles peuvent avoir de graves conséquences comme une nécrose de la langue ou encore des ulcères cornéens. Une consultation chez un vétérinaire est nécessaire.
Il est conseillé de faire intervenir une équipe de professionnels si des nids se trouvent dans votre jardin : ils pourront retirer les nids ou installer des pièges par exemple.
Pendant les périodes à risque, il est recommandé d’éviter les lieux où se trouvent des pins et d’attacher les chiens s’il y a des chenilles processionnaires lors des promenades.

Les épillets

Les épillets correspondent à des graines de graminées sauvages que l’on trouve dans les herbes hautes. Elles se prennent dans les poils de l’animal, les animaux à poils longs sont donc davantage concernés. Les épillets peuvent pénétrer entre les doigts, dans les oreilles, dans le nez, dans les yeux. Ils provoquent des fistules, des ulcères cornéens, des otites purulentes, etc…
Il est conseillé de tondre les zones où les épillets pénètrent chez les chiens à poils longs pour limiter le risque. Il faudra également inspecter minutieusement ces endroits au retour de balades. Enfin, il est conseillé d’éviter les zones à risque où les herbes sont hautes lors des balades.

Les intoxications

A la campagne, des traitements peuvent être réalisés dans les jardins. Il faut faire attention car certains de ces traitements sont toxiques pour les animaux de compagnie. C’est le cas par exemple des herbicides, des anti-limaces, des raticides, etc… Une consultation chez un vétérinaire est également nécessaire en cas d’intoxication.
Pour en savoir plus, cliquez ICI.