education : avec les animaux aussi il faut savoir dire non

Lorsque l’on choisit d’accueillir, dans son foyer, un chat ou un chien, il est nécessaire de lui offrir quelques bases d’éducation. Comme pour un enfant, il faudra lui fixer des règles. Des règles réalistes par rapport à lui et adaptées à vos valeurs, à votre mode de vie et au sien. Bien sûr, ces règles sont différentes chez le chat et le chien. Elles diffèrent aussi en fonction de la race et de votre lieu d’habitation. Il s’agit en fait d’inculquer à votre animal, dès le plus jeune âge, certaines habitudes de vie. Et cela commence dès l’adoption de votre animal.

Accueillir un animal : les règles

Pour qu’un animal soit bien éduqué, il faut d’abord l’accueillir dans les meilleures conditions.

Choisir son animal en fonction de son habitat

Chien ou chat ? Animal de grande ou de petite taille ? Il est important de choisir son animal de compagnie en fonction de son habitat et de ses habitudes de vie. Si vous vivez en appartement, il sera peut-être préférable d’opter pour un chat, qui sort peu l’hiver et qui ne demande qu’une litière pour effectuer ses besoins. Contrairement à un chien, que l’on devra sortir au moins matin et soir afin qu’il se dégourdisse les pattes et, surtout, qu’il fasse ses besoins à l’extérieur.

De même, certains animaux ont besoin de plus d’espace que d’autres. C’est généralement le cas des gros chiens, tels que les saint-bernards, les labradors ou les golden retrievers. Evitez d’adopter ce genre d’animal si vous vivez dans 35 m²…

Enfin, votre choix peut également être guidé par les enfants. Si vous en avez, essayez d’orienter votre choix vers des animaux “kids friendly”. Labradors, terres-neuves ou caniches cohabitent particulièrement bien avec nos bambins. Pour les chats, l’abyssin, le burmese ou le main coon font bon ménage avec les plus jeunes. Une fois que vous avez choisi votre animal, ne reste plus qu’à lui trouver un prénom. Pour la vie.

L’allaitement du chiot et du chaton

La mise bas d’une femelle déjà présente dans le foyer est la deuxième façon, après l’adoption, pour accueillir un nouvel animal chez soi. Et dans un premier temps, il va falloir choisir l’allaitement du chiot ou du chaton. Celui-ci est généralement naturel. Il dure entre 18 et 20 jours pour le chiot, et environ quatre semaines pour le chaton. Si la mère ne peut pas allaiter ses petits, vous pouvez utiliser du lait de substitution, appelé lait maternisé. Celui-ci peut également être employé en complément, au cas où la chatte ou la chienne n’ait pas assez de lait pour toute sa portée.

Le sevrage dure environ un mois tant chez les chiots que chez les chatons. C’est pourquoi il est déconseillé d’adopter un chat ou un chien avant ses deux mois. Il risquerait d’être mal sevré. Or, le sevrage comprend une dimension comportementale. ll signifie la séparation avec la mère. Un animal mal sevré est un animal qui risque de développer des troubles comportementaux.

Eduquer un chat : les bases

Si le chat possède la solide réputation d’être indépendant, il faut toutefois lui inculquer un minimum de règles si vous souhaitez vivre en bonne harmonie avec lui.

Le bon usage de la litière

Tout d’abord, il est important d’apprendre à votre chat à effectuer ses besoins au bon endroit, c’est-à-dire dans sa litière et non sur un canapé, dans une armoire à vêtements ou dans le recoin d’une pièce.

Pour ce faire, vous devez choisir un emplacement adapté pour sa litière, où il bénéficiera d’une certaine intimité, par exemple une pièce peu passante. La litière doit être accessible et surtout, propre. Sinon, votre chat rechignera à s’y rendre. Si vous surprenez votre chat en train de faire ses besoins ailleurs que dans la litière, assignez-lui un non très ferme, et emmenez-le au bon endroit. Répétez cette façon de procéder jusqu’à ce que l’usage de la litière devienne naturel.

Interdire la destruction de vos plantes !

Autre problème fréquemment rencontré avec les chats, le grignotage de plantes. Si votre compagnon s’attaque à vos plantes, ce n’est pas pour vous embêter mais pour se purger (il n’est pas rare d’ailleurs de le voir vomir quelques minutes après avoir ingéré des feuilles ou des herbes, ce qui engendre une sorte de double pleine pour le propriétaire).

Ce geste peut également révéler un certain ennui chez votre animal. Pour remédier à ces problèmes, deux solutions. Lui acheter de l’herbe à chat adaptée en animalerie et jouer plus fréquemment avec lui. Vous pouvez également acquérir des objets pour qu’il s’amuse, comme un arbre à chat.

Les excursions chez le voisin, c’est pas toujours très malin

Votre chat a la fâcheuse tendance à effectuer de petites excursions chez le voisin ? Normal, le chat est d’un naturel curieux et aime explorer de nouveaux territoires. Dans ces cas-là, deux solutions. Soit votre voisin adore votre compagnon, et chacun y trouve son compte, soit il n’est pas particulièrement sympa, et il faut trouver une solution pour éviter que cette escapade se reproduise.

Dans le premier cas, prenez garde cependant. Votre chat va peut-être justement chercher l’attention chez le voisin qu’il ne trouve pas chez lui. Si tel est le cas, prenez le temps de jouer davantage avec lui et de le câliner.

Comment éduquer un chat ?

Evidemment, pour éduquer votre chat, évitez la petite tape pour le punir. Contre-productive, elle entraînera de la méfiance chez votre animal. Il a très bonne mémoire, donc voici quelques astuces :

  • Employez un “non” ferme et définitif
  • Réprimandez votre chat sur le fait accompli : si vous grondez votre animal, faites-le au moment-même où il fait une bêtise. Pas après, sinon cela n’a pas de sens pour lui.
  • Utilisez de l’herbe à chat : plutôt que de punir votre animal, encouragez-le à investir les endroits qui lui sont dévolus (griffoir, litière, etc.) en les saupoudrant d’herbe à chat. Une herbe inoffensive dont raffolent nos amis les petits félins !

Eduquer un chien : les bases

Réputé plus docile et plus fidèle à son maître, le chien n’en est pas plus simple à éduquer. Voici quelques bases d’éducation et quelques habitudes de vie à lui dispenser.

Faire ses besoins au bon endroit

Comme pour le chat, il va falloir apprendre à son chien à faire ses besoins au bon endroit. Pas de litière pour Médor, mais des extérieurs qui n’attendent que lui ! Première règle à retenir, sortir votre chien fréquemment pour qu’il prenne l’habitude de faire dehors, dans un endroit précis si possible. Au début, récompensez-le, même de façon excessive, lorsqu’il agit de la sorte.

A l’inverse, si votre chien a fait à l’intérieur, ne le réprimandez que si vous le prenez sur le fait – appliquez le principe du “pas vu, pas pris”. Mais peut-être fait-il dans la maison justement parce qu’il n’est pas assez sorti ou pas encore assez “grand” pour savoir se retenir (comme un petit enfant, il ne sait peut-être pas encore maîtriser son sphincter). Ne nettoyez pas l’urine juste devant lui : cela risquerait de l’amuser et il pourrait prendre cela pour un jeu.

Que faire si votre chien aboie tout le temps ?

Certains chiens ont tendance à aboyer en permanence. Une situation pénible pour tout le monde, pour vous comme pour les voisins. Mais également pour votre animal, car ces aboiements intempestifs peuvent être révélateurs de différents problèmes :

  • La volonté de marquer son territoire
  • La peur, l’angoisse de la séparation
  • L’hyper-excitation
  • La volonté d’attirer l’attention
  • Etc.

En tant que maître, si vous constatez que votre chien est hyper-sensible, n’hésitez pas à consulter un vétérinaire pour mettre en place une thérapie comportementale ou un traitement adapté. Si votre chien cherche à attirer votre attention, demandez-lui de venir calmement vers vous et de s’asseoir. S’il obtempère, récompensez-le. Enfin, vous pouvez également lui apprendre à aboyer sur commande, ce qui l’aidera à canaliser et maîtriser ses aboiements.

Comment éviter que votre chien ne fugue ?

Autre problème rencontré souvent chez les chiens, la fugue. Celle-ci peut être due à diverses causes : l’envie d’explorer le territoire, des stimulations extérieures (jeux, nourritures, chatte ou chienne en chaleur, etc.), l’envie d’aller chasser, voire des troubles comportementaux.

Si votre chien fugue mais revient, la situation est moins préoccupante. Vous devrez cependant travailler le rappel et le féliciter à son retour. Evitez la punition pour ne pas créer de l’anxiété chez lui. S’il ne revient pas ou si, de manière générale, votre chien a tendance à fuguer, n’hésitez pas à consulter un vétérinaire, qui pourra mettre en place un traitement et/ou une thérapie comportementale.

Pour éviter la fugue, stoppez-la avant qu’elle n’intervienne, en l’orientant vers un stimulus positif comme un bruit attrayant pour lui. De manière générale, votre chien doit connaître les limites de son territoire. Pour l’y aider, certains installent des clôtures anti-fugues.

Si votre chat ou votre chien est bien éduqué, la cohabitation avec les autres membres de la famille sera beaucoup plus harmonieuse. Les sorties s’en trouveront également largement facilitées.

newsletter

partager

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

ces articles pourraient vous interesser